Festival 2021

RENCONTRES LITTÉRAIRES

Les rencontres animées par les médiateurs libraires de la nouvelle Librairie Baume se tiendront cette année au Foyer du Théâtre Intercommunal de Montélimar

Durée: 40 minutes chacune

Entrée libre (dans la limite des places disponibles)
MAYLIS DE KERANGAL, INVITÉE D’HONNEUR

DIM. 26 SEPT. - 15H30

Foyer du théâtre

L'œuvre de Maylis de Kerangal nous passionne ! A l’origine de ses romans, il y a toujours ce désir très physique, presque matériel d’aller explorer des espaces et de partir à l’écoute de voix intimes, de leurs musiques intérieures.

Autrice d'une dizaine de livres, Grand prix de Littérature Henri-Gal de l'Académie française (2014), le grand public la connaît particulièrement pour trois de ses romans : Corniche Kennedy, paru en 2008 aux éditions Verticales et adapté au cinéma par Dominique Cabrera ; Naissance d'un pont Prix Médicis 2010 ; et Réparer les vivants (2014) qui a obtenu de nombreux prix et qui fut adapté au cinéma par Katell Quillévéré en 2016.

Carte Blanche

En répondant à notre carte blanche, Maylis de Kerangal a souhaité convier l’immense documentariste américain Frederick Wiseman. Ensemble, ils évoqueront les ponts qui relient leurs écritures tour à tour, cinématographiques et littéraires, et qui s'entrecroisent subtilement au travers de leurs œuvres. L’un l’autre, à cette écoute attentive qu’ils portent aux bruissements du monde.

Canöes de Maylis de Kerangal (Collection Verticales, Gallimard - 2021)

« J’ai conçu Canoës comme un roman en pièces détachées : une novella centrale, “Mustang”, et autour, tels des satellites, sept récits. Tous sont connectés, tous se parlent entre eux, et partent d’un même désir : sonder la nature de la voix humaine, sa matérialité, ses pouvoirs, et composer une sorte de monde vocal, empli d’échos, de vibrations, de traces rémanentes. Chaque voix est saisie dans un moment de trouble, quand son timbre s’use ou mue, se distingue ou se confond, parfois se détraque ou se brise, quand une messagerie ou un micro vient filtrer leur parole, les enregistrer ou les effacer. J’ai voulu intercepter une fréquence, capter un souffle, tenir une note tout au long d’un livre qui fait la part belle à une tribu de femmes — des femmes de tout âge, solitaires, rêveuses, volubiles, hantées ou marginales. Elles occupent tout l’espace. Surtout, j’ai eu envie d’aller chercher ma voix parmi les leurs, de la faire entendre au plus juste, de trouver un “je”, au plus proche. » (Maylis de Kerangal) 

LES RENCONTRES LITTÉRAIRES

Propulsé par FestiCiné