19-25 septembre 2018

Partenaires

Editos

FRANÇOISE NYSSEN

MINISTRE DE LA CULTURE

FRÉDÉRIQUE BREDIN

PRÉSIDENTE DU CNC

FRANCK REYNIER

MAIRE DE MONTÉLIMAR
PRÉSIDENT DE MONTÉLIMAR AGGLOMÉRATION

Le cinéma se nourrit du dialogue qu’il entretient avec les autres arts ; le festival « De l’écrit à l’écran » encourage ce dialogue. Il crée des ponts, noue des liens, trace des chemins entre le cinéma et la littérature, le théâtre, la musique et la danse.

Cette année encore, sa programmation éclectique et exigeante saura ravir tous les publics, de l’avant-première du nouveau film de Pierre SCHOELLER, Un Peuple et son Roi, à l’hommage consacré à l’un de nos plus grands acteurs, Jean ROCHEFORT.

Reconnu pour le soutien qu’il offre aux scénaristes, « De l’écrit à l’écran » mène également de nombreuses actions pour développer l’éducation à l’image et la pratique artistique. J’y suis particulièrement sensible ; c’est l’un des piliers de ma politique.

La culture est une part non négociable de l’éducation de nos enfants. C’est pourquoi nous allons faire de l’éducation à l’image une réalité pour tous, par la distribution de kits cinéma à l’école et au collège, par le déploiement des ciné-clubs dans les 4200 lycées de France, et par le renforcement des services civiques du CNC.

J’invite le jeune public à profiter des ateliers cinéma qui lui sont dédiés, au cours du festival et tout au long de l’année : ils permettent de rencontrer l’art et ceux qui le font. La rencontre avec un artiste est un moment unique et fondateur, et je veux que chaque enfant puisse en bénéficier au cours de sa scolarité.

Je tiens à remercier chaleureusement l’association « De l’écrit à l’écran », tous ses membres et bénévoles qui contribuent, par ce festival exemplaire, à faire vivre la culture en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Bon festival à tous.

Plus que jamais les images sont au cœur d’une bataille pour la démocratie. Nous devons défendre notre vision de la culture dans notre société, ses vertus intellectuelles et émancipatrices, en soutenant les créateurs dans leur art – le Centre national du cinéma et de l’image animée (CNC) aide ainsi toutes les étapes de la vie d’un film – en apprenant aussi aux enfants à se forger un jugement sur ce qu’ils voient.

Je veux saluer la place réservée aux actions d’éducation au cinéma et aux images pendant le Festival qui accueille 7 000 scolaires et leurs enseignants. Nos enfants apprennent à lire et à écrire, ils doivent aujourd’hui, dans un monde d’images, apprendre à les lire et à les écrire. J’ai décidé d’en faire un axe prioritaire de mon action au CNC. Nous sommes en train de renforcer nos dispositifs nationaux, au-delà de cette mission historique, j’ai recréé depuis 3 ans des ciné-clubs avec les jeunes en service civique dans les collèges et les lycées, et à partir de cet automne, nous mettrons à disposition des écoles un kit ludique pour apprendre aux enfants à réaliser eux-mêmes un petit film.

Au-delà de ces journées scolaires, le festival « De l’écrit à l’écran » promet de beaux moments de découvertes et de partage à tous les festivaliers. Ainsi, je souhaite un excellent festival à tous !

La nouvelle édition du Festival « De l’écrit à l’écran » se déroulera du 19 au 25 septembre prochain. À cette occasion, le 7e art s’invitera dans notre ville, comme un ambassadeur des oeuvres littéraires qu’il incarne.
En effet, le Festival « De l’écrit à l’écran » a su tisser des liens privilégiés entre deux mondes que l’on oppose souvent, celui des lecteurs assidus et celui des passionnés de cinéma. Lorsque ceux-ci se rencontrent enfin, nous assistons à la naissance d’un art nouveau, empreint d’un certain romanesque littéraire, mais également de toute l’énergie cinématographique.
Donner un sujet de réflexion au grand écran ; donner vie aux pages d’écritures. Tel est l’objectif du Festival « De l’écrit à l’écran », qui encourage les pratiques artistiques à l’image, et accompagne scénaristes et réalisateurs.
A Montélimar et au sein de notre agglomération, nous avons à coeur de proposer une offre culturelle riche et variée, afin que chacun, y puise ce qui satisfera son envie du moment. C’est pourquoi nous soutenons toute manifestation venant accroître cette offre culturelle. Le Festival « De l’écrit à l’écran » en est un magnifique exemple.
Cette année, un illustre acteur récemment disparu, Jean Rochefort, prêtera son visage à l’affiche de la manifestation. Amis et réalisateurs viendront lui rendre hommage. Du film d’ouverture, le très attendu Un Peuple et son Roi, au concours de scénario, en passant par une vingtaine d’avant-premières, le Festival « De l’écrit à l’écran » contribuera pleinement au rayonnement culturel de notre territoire.
Je souhaite à chacun des invités, à chacun des visiteurs, beaucoup de plaisir dans le parcours cinématographique de cette septième édition.

LAURENT WAUQUIEZ

PRÉSIDENT DE LA RÉGION AUVERGNE-RHÔNE-ALPES

MARIE-PIERRE MOUTON & FABIEN LIMONTA

PRÉSIDENTE DU DÉPARTEMENT DE LA DRÔME

VICE-PRÉSIDENT DU DÉPARTEMENT DE LA DRÔME, CHARGÉ DE LA CULTURE

ÉRIC CUER

PRÉSIDENT DE LA COMMUNAUTÉ DE COMMUNES ARDÈCHE RHÔNE COIRON

Depuis sept ans, De l’écrit à l’écran est un rendez- vous remarquable dans notre Région Auvergne-Rhône-Alpes et en France. Porté par des passionnés, cet événement offre la possibilité de découvrir les grands films qui ont marqué l’année.
Nous sommes une Région de culture. Notre objectif est donc d’être très ambitieux pour promouvoir la création et la diffusion d’une culture exigeante et populaire. A ce titre, l’appui au monde du spectacle, à ses acteurs et à ses manifestations, figure parmi nos grandes politiques, comme le montre l’aide que nous apportons à plus de 300 festivals.
Véritable terre de cinéma, la Région Auvergne-Rhône-Alpes est fière d’être non seulement celle qui a vu naître le septième art, en 1895 à Lyon, mais aussi celle qui le fait vivre aujourd’hui en étant la première de France en nombre de cinémas, en nombre de cinémas d’art et d’essai et en nombre de communes équipées de cinéma, ce qui est une formidable vitrine du dynamisme économique et culturel de notre Région.
J’ai enfin à coeur de rendre hommage à tous ceux qui rendent possible cette belle fête du cinéma.

«J'appartiens au patrimoine. Il y a le jambon de Bayonne, Noiret, Marielle et moi ». Avec sa voix grave, l’oeil rieur et la moustache frémissante, Jean Rochefort avait l’art de la formule espiègle. L’élégant cavalier s’en est allé en 2017. Capable, d’une volte, de passer d’Un éléphant ça trompe énormément au Crabe-Tambour, il donnait corps et âme au cinéma français.
En dédiant sa 7e édition à l’inoubliable Mari de la coiffeuse (Patrice Leconte), le festival affiche sa volonté de partager avec tous les publics sa passion du 7e art. Du cinéma pour tous, producteur d’émotions, créateur de rêves et de curiosité. Du cinéma pour rire et pour pleurer. Du cinéma qui ouvre grands les portes et les esprits, qui donne à réfléchir, questionne et bouscule.
Entre projections et concours de scénario, le programme scolaire d’éducation à l’image du festival occupe une place prépondérante. Cette année, le jeune public pourra découvrir le biopic de Nils Tavernier consacré au facteur Cheval, bâtisseur du Palais idéal d’Hauterives, et rencontrer François Sarano, Valentinois et ancien chef d’expédition sur la Calypso du commandant Cousteau et conseiller technique pour Océans de Jacques Perrin.
Merci au festival De l’écrit à l’écran de faire vivre la culture et l’éducation sur grand écran.

En 2018, le partenariat entre la communauté de communes Ardèche Rhône Coiron et l’association De l’écrit à l’écran est renouvelé, élargi à l’ensemble de notre territoire ardéchois, installé dans le temps par une convention de plusieurs années et confirmé financièrement.
L’engagement de la communauté de communes Ardèche Rhône Coiron aux côtés de l’équipe traduit notre attachement à toutes les formes de culture et aux belles initiatives partagées.
Les journées scolaires, la présence d’équipes de tournage, les concours de scénarios, les liens avec les autres formes artistiques…sont autant de marqueurs d’une envie de développer une approche culturelle de qualité et de proximité, exigeante mais accessible à tous et porteuse de sens pour les jeunes générations en particulier.
Une 7ème édition qui rend hommage à Jean Rochefort ne peut être qu’une édition réussie. La programmation de cette année sera certainement à son image : élégante, chaude, pleine de verve poétique, joyeuse, mélancolique, sensible et un brin …farfelue.
Bon festival à tous !

Propulsé par FestiCiné